Saint Vincent Ferrier

Le 03/03/2019

Messe télévisée pour "Le Jour du Seigneur"

Lu sur le blog Blog Ar Gedour (Eflamm Caouissin) :

https://www.argedour.bzh/vannes-revivez-la-messe-televisee-a-la-cathedrale/

 

 

La messe, rediffusée en direct sur France 2 / Le Jour du Seigneur, a été suivie par plus de 850 personnes sur place (une centaine de personnes n’ayant pas même pu entrer dans l’édifice) et plus de 500 000 personnes via le petit écran.

La date de cette messe marque les 600 ans de la prédication de Saint Vincent Ferrier, dominicain célèbre pour ses prédications publiques, mort à Vannes le 5 avril 1419. La cathédrale Saint-Pierre, très bel édifice de style gothique, abrite les reliques de Saint Vincent Ferrier depuis 1419. En cette année marquant le Jubilé de Saint Vincent Ferrier pour le Diocèse de Vannes, l’office lui était donc spécialement dédié. L’évêque a pu appuyer sur son exemple dans la forte homélie qu’il a prononcée.

[…] Sa prédication, si elle vise à établir la paix entre les hommes, ne se borne pas à organiser un vivre-ensemble purement temporel, elle est tout entière tournée vers les fins dernières, vers « la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence » (Ph 4, 7), vers « l’espérance de la gloire » (Col 1, 27) ce qui lui valut le titre d’Ange de l’Apocalypse, tant il est vrai que le vivre-ensemble suppose un idéal qui transcende nos appartenances, un idéal qui soit le bien de tous et qui ne puisse faire l’objet d’une appropriation par personne parce qu’il appartient à Dieu. Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! Pour Vincent, la Paix entre les hommes est conditionnée par la Gloire de Dieu. S’il est vrai qu’il faut la construire, il faut d’abord l’accueillir comme un don.

Notre époque qui voit le lien social se désagréger sous l’effet de l’individualisme et du chacun pour soi généralisé n’a-t-elle aucune leçon à tirer de l’enseignement de Vincent ? […]

 

La chorale, accompagnée du violon et de l’orgue, a accompagné la messe en lui donnant une certaine solennité. Et, comme nous vous l’avions annoncé, le répertoire sacré breton n’était pas laissé de côté, puisque le cantique Adoromp holl a été chanté à l’offertoire, le Re vo melet à l’anamnèse. Le cantique (en français) dédié à St Vincent Ferrier, accompagné de la bombarde du diacre François Gouthe.

Voir le pdf (237.5 Ko)


Toutes les archives