Saint Vincent Ferrier

Bientôt, "Prier 15 jours avec ..."

PANORAMA, entretien avec Vianneyte ROUX, laïque dominicaine


A Vannes, du 17 mars 2018 au 9 juin 2019, jubilé des 600 ans de la mort de Vincent Ferrier


LES GRANDES FIGURES
Vincent Ferrier, infatigable prédicateur

 


UNE CITATION PHARE
« On doit tâcher de former en soi sept sentiments à l'égard d'autrui.

Le premier est qu'une bonté pleine de compassion nous fasse ressentir ses maux et ses incommodités, comme nous ressentirions les nôtres.

Avec le second, nous nous réjouissons du bien qui lui arrive comme s'il nous arrivait à nous-mêmes.

Le troisième nous fait supporter avec tranquillité ses défauts, souffrir avec patience ce qu'il y aurait de pénible en lui et pardonner de bon coeur les offenses qu'il pourrait nous faire.

Le quatrième rend doux et affable envers tous, souhaitant aux autres toutes sortes de biens en exprimant par nos gestes et nos paroles la sincérité de ce désir.

Avec le cinquième, on préférera tout le monde à soi-même.

Le sixième veut qu'on conserve la paix et l'union avec tout le monde.

Le septième nous dispose à donner notre vie pour le salut de nos frères, à l'exemple de Jésus Christ. »

Traité de la vie spirituelle, par saint Vincent Ferrier, chapitre XVII, 1405-1407

 


LE POINT DE VUE DE...
Vianneyte ROUX. membre de la fraternité laïque dominicaine de Rennes


Dans son Traite de la vie spirituelle, maître Vincent s'adresse a ceux qui veulent être agréables à Dieu.
II désire éclairer les humbles de coeur L'humilité est, pour lui, la vertu premiere. Encore faut-il en vivre. Et chaque jour, Vincent Ferrier prêche qu'« aimer Dieu sans aimer le prochain est un mensonge ». La brutalité de son époque troublée ne l'a pas fait mentir. Pendant le grand schisme d'Occident, cet artisan de paix n'a eu de cesse de travailler à l'unité du peuple chrétien.
Vincent Ferrier était un prédicateur itinérant. II parlait le catalan, le latin et un peu l'hébreu. II faut dire que son apostolat était accompagné de miracles étonnants. Des foules assoiffées et désemparées par les misères de la guerre et de la discorde attendaient
ses sermons imagés, truffés d'effets de style sur tous les tons. Durant vingt ans, à travers l'Europe, sa prédication fut une catéchèse
et une exhortation à changer de vie. Homme de paix, cet Espagnol a joué un rôle déterminant dans la résolution des conflits de son époque, aussi bien pour la succession de la couronne d'Espagne que dans l'effort pour la paix en pleine guerre de Cent Ans.
Appelé par le duc Jean V, Vincent Ferrier sillonne finalement la Normandie et la Bretagne. II meurt en 1419 à Vannes. C'est
là que je l'ai découvert, pendant mes vacances dans le Morbihan, en repérant une porte Saint-Vincent dans les remparts de la ville. J'ai
vite aimé cet infatigable dominicain espagnol. L'opportunité du sixième centenaire de sa mort nous invite
à le redécouvrir.


Tous les articles